Bonjour,

Quel endroit magnifique au fond d'une jolie campagne préservée. J'ai sentis que les gens qui vivent à Lohuec aiment et respectent leur environnement et cela se voit.

DSCF6317

DSCF6319

DSCF6372

Je commencerais cet article par remercier la personne qui a balisé le chemin vers l'Allée couverte, car jamais je ne serai parvenu à la trouver seule. De plus on remarque que celle-ci a été nettoyée et mise en valeur ainsi que protégée du piétinement des bêtes par du barbelé.

DSCF6315

Préservée, elle montre ainsi toute sa beauté et ne manque pas de prestance malgré le fait qu'elle soit ruinée.

DSCF6324

DSCF6320

Cette petite merveille, édifiée au Néolithique par les premiers cultivateurs-éleveurs, a été classée aux Monumentx Historiquex le 25 janvier 1964.

DSCF6370

Il s'agit de la ruine d'une sépulture en V, ce qui veut dire qu'elle s'évase de l'entrée vers le fond de l'allée couverte dans la direction S-E, me semble -t-il . Elle s'apparente donc à celle de Brénnilis très bien préservée:

DSCF3380

 

(http://camancetres.canalblog.com/archives/2012/11/18/25610523.html).

Comme cette dernière, l'allée devait être protégée par un tertre périforme, lui aussi, auparavant, consolidé par des pierres dressées à la verticale dont on voit encore les survivantes.

DSCF6332

DSCF6337

(Minute culturelle: le terme "allée couverte" a été mentionné pour la première fois pour une allée de Charente-Maritime: "La pierre folle de Monguyon" en 1830.)

Le monument paraît comme surélevé ce qui permet d'imaginer, grâce au dénivelé, la taille du tertre.

DSCF6326

DSCF6347

DSCF6328

L'allée est comblée par un amas de terre et de pierres.

DSCF6333

Sa longueur avoisine les 13 mètres de long, mais peut-être était-elle plus longue à son origine. De grosses pierres ont été poussées sur le talus, peut-être faisaient-elles partie de l'allée?

DSCF6368

Sa hauteur est d'environ 1 mètre 70.

Une seule dalle de recouvrement et toujours en place.

DSCF6342

DSCF6344

DSCF6350

DSCF6352

Je pense qu'elle est en granite, Mr Henry, instituteur à Lohuec en 1897, pensait que l'origine des dalles était une très ancienne carrière de granite à Bolazec. Les informations trouvées sur le web disent qu'il s'agit de schiste mais je pense qu'elles sont fausses.

Elle est orienté S-E/N-O.

DSCF6376

Quelques légendes existe autour de la sépulture. La plus connue est la suivante:

- "On dis que quand les "Sauvages" (peut-être les Vikings) vivaient dans le pays, ils avaient cachés de l'or sous les pierres de la tombe. En 1800, on avait essayé de tirer l'or renfermé dans une barrique brillante comme le métal précieux qu'elle contenait. La barrique allait être déterrée, lorsque quelqu'un parla et aussitôt, la barrique s'enfonça et on l'entendit rouler sous terre jusqu'au bout de la source qui ce trouve dans le pré voisin". L'histoire ne dit pas ce qu'est devenu l'or...

Le 28 mars 1897, Mr Henry, l'instituteur de Lohuec, racontait qu'une cinquantaines d'année plus tôt, un homme pouvait tenir debout à l'intérieur de l'allée couverte en levant les bras sans toucher la table.

Il mentionna également deux autres légendes:

- "On dis que sous le dolmen il y a deux chambres, l'une remplie d'or et l'autre servant à une fée en robe blanche et coiffée d'une couronne d'or. La nuit de noël, elle apparaît sur la pierre et mesure de l'or avec un boisseau. Un jour, une femme avait passé là, et vit cette fée en robe blanche qui séchait l'or sur un linceul blanc. elle lui demanda ce qu'elle faisait et aussitôt celle-ci disparut avec son trésor."

- "On dit que souvent, on entend, près du monument, des bruits rappelant les sourds grondements du tonnerre."

A l'époque de Mr Henry, aucunes fouilles n'avaient été effectuée, mais il est fort probable qu'à la fin du XIX ème siècle ou au début du XX ème siècle les archéologues de l'époque ont du fouiller l'édifice. Je n'ai trouvé aucunes traces de ces fouilles ni celle de 1961. Ce que je trouve étrange. Contactez moi si vous avez des informations concernant ces fouilles, merci.

Rien ne permet de nous dire que comme pour certaines sépultures de l'époque, un incendie de "condamnation" ai été effectué. 

Ce magnifique monument, malheureusement bouleversé garde, malgré tout, tout son charme, le superbe grand chêne le surplombant paraît le protéger du soleil et des intempéries.

DSCF6385

Comme oublié dans ce champs, le temps l'a doucement abîmé arrondissant les pierres, tout en continuant à commémorer le souvenir de nos ancêtres enterrés là.

Surplombant une petite vallée et tout près d'une source, ce havre de paix continue à faire rêver les visiteurs de cet endroit auparavant "introuvable".

A très bientôt.

Sources:

  • "Bulletin n°7, séances du mardi 20 juillet 1897, Société d'émulation des Côtes-d'Armor. Bulletins et mémoires."
  • "Bâtisseurs du néolithique, Mégalithisme de la France se l'ouest", Luc Laporte et Charles Tanguy Le Roux.
  • Internet.