Je me replonge dans mes souvenirs de balades un mois de juin à Quiberon... Terre tant appréciée de nos Ancêtres.

Je me vois me promener dans la lande de bord de mer de la Côte Sauvage, photographiant ces deux menhirs dont émane un petit quelque chose de romantique.

DSCF7195

Deux jolis blocs de granite se dressent fièrement surplombant la mer depuis environ 5 000 ans, levés par des hommes pétris de croyances encore mystérieuses pour nous.

Ces menhirs font partis intégrante d'un ensemble composé de plusieurs Mégalithes se trouvant non loin de là. Certains ont disparu, mais on peut encore visiter l'allée couverte du Conguel et d' autres pierres levées qui feront bientôt l'objet d'autres articles. Je me demande si ces deux blocs font partie d'un alignement dont plusieurs acolytes ont été arrachés?

Deux autres blocs, se trouvent dans le même alignement, plus loin sur la côte sauvage.

Mais revenons à notre couple millénaire qui a donc été classé aux Monuments Historiques en 1889.

Je vous présente Jeannette, le plus petit, faisant environ 3 m de haut:

DSCF7219

DSCF7221

DSCF7176

DSCF7183

Et Jean, qui mesure presque 5 m de haut. Quelques mètres seulement les séparent.

DSCF7175

DSCF7217

Des traces d'arrachements à la roche mère sont encore visibles, et peut-être étaient-ils auparavant gravés? Car je remarque quelques cupules.

DSCF7190

DSCF7182

DSCF7184

Jean montre une forme anthropomorphique, et lorsque j' admire son profil il me fais penser à une statue Moaï. L'homme a-t-il travaillé la forme de Jean?

DSCF7199

DSCF7215

DSCF7216

Ce ne serait pas étonnant car c'était monnaie courante à Carnac qui se trouve non loin de Quiberon.

Jeannette me parait brisée. Avait-elle, elle aussi une forme rappelant l'homme, ou la femme?

Finalement, laissons les aspects scientifiques et les innombrables questions qui peuvent se poser autour de ce couple de pierre.

Et laissons nous aller au romantisme dramatique de cet endroit extraordinaire.

Jean donne l'impression qu'il tourne le dos à sa compagne, peut-être est-ce pour cela que la légende raconte un amour impossible?

 

Ce que je vois c'est que chacun, séparés de quelques mètres seulement, se tournant le dos pour l'éternité, ressentira à jamais la présence réconfortante de l'autre, et restera fidèle, fier et serein face à la vie et à son destin ...

Et chaque année, un peu avant le solstice d'été, leurs ombres respectives se rejoindront pour ne plus former qu'une seule...

DSCF7185

 

 

 

Sources:

  • http://www.t4t35.fr/Megalithes/AfficheSite.aspx?NumSite=7390
  • http://megalithes-breton.fr/56/accueil_56.php?nom=me/manemeur1.html